Quimper - Chapelle du Saint-Esprit - Les Vitraux

LES VITRAUX DU CHŒUR

Le choeur est encadré de 4 vitraux du Quimpérois Guillaume CASSAIGNE

Guillaume Cassaigne, originaire de Beautiran ( Gironde), est né le 28 messidor an 8 ( soit le 17 juillet 1803). Il s'est marié le 18 avril 1828 à Quimper avec Marie-Yvonne Le Moal, originaire de Quimper.

Auteur de nombreux vitraux, dits kaléidoscopes, dans le sud finistère, il restaure de nombreux vitraux des XV° et XVI°. Il peint de nombreux retables, statues, voûtes, vend des objets de cultes, de la chaux, du verre. Il ne peint pas le verre et n'a pas de four.

En restauration des vitraux du XV° et XVI°, il remplaçait les manques par du verre blanc dépoli au sable, rarement par du verre de couleur.

(source Le Bihan)

LES VITRAUX DE LA NEF

La nef est éclairée par 7 vitraux, les 6 de la nef et celui de la façade.

Ils ont été réalisés par l'atelier du maître verrier Roger Desjardins, installé à Angers. Roger Desjardins est architecte diplomé et ancien élève de l'Ecole nationale des Beaux-Arts. Sur un des vitraux, nous lisons R. DESJARDINS - 1931

vitraux de la nef
Vitrail de la tribune côté sud

Les 3 vitraux, côté nord, ont subi les colères des tempêtes de notre pays breton. Ils ont été enlevés, chaque verre bien répertorié, par M. Jean-Pierre Le Bihan, maître verrier bien connu des Quimpérois. Ils sont en réserve dans 3 caisses disposées sous la tribune. Ils attendent tranquillement et à l'abri des coups de vent, d'être installés à leur place réservée.

Les 3 vitraux démontés, en caisse.

Ces 11 ouvertures, très grandes mais bien proportionnées par rapport aux dimensions de la chapelle, laissent la lumière pénétrer avec abondance dans chaque recoin de la nef et du chœur. Lors d'une journée ensoleillée, le visiteur est frappé par la luminosité blonde et joyeuse qui règne à l'intérieur. Des flots de lumière baignent les lieux. Il est aussi surpris, lorsque le temps est gris ou maussade, par l'éclairage doux qui y règne.